« D’entre les pierres » – David LELAIT-HELO

Petite chronique aujourd’hui d’un livre que j’ai lu il y a quelques mois et que j’avais reçu dans la box « Le Ptit Colli » du mois d’octobre.
Comme je suis sympa je t’ai mis un lien vers mon article sur la dernière box que j’ai reçue de chez eux.

Quand j’ai lu la quatrième, le titre et quand j’ai vu la couv’ j’ai eu un peu peur.

Clairement, ce n’était pas le genre de bouquins que je lisais à la période où je l’ai reçue et, à l’époque (même si çà ne fait pas si longtemps, quelques mois seulement) sortir de mes habitudes était encore un concept trop irréel pour moi.

Bref, au final, çà a donné quoi ?

Buenos Aires, Argentine, au 38 de la Calle del Primer Dia.
Elle est là immobile, sans bouche, sans oreille, sans yeux. Les engins carnassiers vont bientôt la dévorer. Alors, inquiète de devoir abandonner les souvenirs qu’elle protège depuis si longtemps, la maison décide de parler et déploie en coulisses une autre réalité, transparente et secrète. Elle qui abrite l’histoire de sa ville, depuis les premiers matins jusqu’aux heures noires de la dictature. La tragédie de Soledad Salvador, sa propriétaire, aussi. Parce que l’histoire ne s’écrit pas dans les livres, elle se respire. Et pour que jaillisse enfin la vérité.

Une maison qui parle … en voilà une drôle de surprise.

Absolument pas convaincue par ce côté original de la maison en tant que narrateur principal je me suis quand même lancée dans ma lecture sans grand intérêt au départ et avec beaucoup d’à-priori.
Seulement j’ai été très vite bluffée et j’ai dévoré les pages en un rien de temps.

Comme dit plus haut, la maison est le narrateur et on découvre vite que, même une maison qui en fait n’est qu’un tas de pierres et bois, ressent des choses et reste le principal témoin de l’Histoire.

Ce roman fait voyager et nous fait également découvrir l’Argentine.
Quelques passages nous replongerons dans la découverte de ces terres, mais cela reste très léger.
On y découvre l’Argentine sous la dictature et on fait la rencontre de Soledad Salvador. L’un des personnages principal, si ce n’est le seul personnage autour duquel va tourner cette histoire.

Soledad Salvador, cette femme qu’on aime et à laquelle on s’attache très vite, si ce n’est dès le début.
La maison nous raconte son histoire, comment et pourquoi elle a fuit sa terre natale et à tourné le dos au final à sa « famille ».

Au travers le récit de cette maison, d’apparence des plus banales et qui, les années passant fait un peu tâche dans le décor, on en apprend un peu plus sur la vie des argentins sous la dictature, sans pour autant que cela soit un véritable témoignage des horreurs qui ont pu se passer et sans que le point de vue de l’auteur sur ces événements ne se fassent trop ressentir.
Vouée à la destruction et n’ayant « plus rien à perdre » elle décide de parler et de révéler le secret de Soledad.
Je n’en dirai pas plus au risque de spoiler.

Le roman est très bien écrit et assez court. Les pages défilent vite et on est très vite pris dedans.
Pas de passages trop alambiqués, un vocabulaire simple et efficace.

J’ai été très touchée par ce livre et je n’ai pas pu m’empêcher de verser quelques larmes (oui, en même temps je suis très vite touchée…).
Mes à-priori du début se sont très vite effacés et l’expérience agréable de cette découverte m’a poussée à découvrir des lectures autre que celles que je lisais à l’époque et à ne pas trop me fier aux premières apparences.

Je recommande cette lecture sans prise de tête et qui malgré tout fait du bien (même si ce n’est pas du tout un roman catégorisé « feel-good »).

DSC_0081[170]

Mon avis en fleurs :

2

  • D’entre les pierres – David LELAIT-HELO – Paru le 6 octobre 2016 – Editions : Pocket – Collection : BEST – 256 p. – 6.95 €
  • Paru pour la première fois aux éditions Anne Carrière en 2014 (16.90 € – format broché).

2 réflexions sur “« D’entre les pierres » – David LELAIT-HELO

  1. Je découvre ton blog et je dois dire que je ne suis pas déçue ! Je vais donc attendre chaque article avec impatience maintenant ^^ Tu as l’art de parler bouquins simplement et de manière très sensée, c’est rare. Hop dans mes favoris !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s