« Aurielle et les super-héros de la littérature » – Cindy Duhamel

Un court roman à destination du jeune public qui a pour but de changer notre point de vue sur les auteurs classiques, les mal-aimés de l’école.

Auteure (je n’aime définitivement pas le terme autrice) de plusieurs romans, notamment d’un témoignage « Handicap … Le défi d’être Miss », Cindy DUHAMEL décide de nous réconcilier avec les bases de la littérature.

Pari gagné ou perdu ?
C’est ce que tu vas découvrir.

Jeune collégienne auparavant brillante, Aurielle souffre désormais depuis quelques mois de n’être plus que la dernière de la classe, raillée par les autres.Un jour, la docile Aurielle se lance dans une aventure inimaginable : elle fugue de l’école, et après avoir causé un accident de la route, dont elle pense être sortie indemne, n’ose plus retourner chez elle. Sa vie bascule alors dans un univers parallèle.N’avez-vous jamais rêver de rencontrer Molière, de converser avec Jean de La Fontaine au détour d’une rue ou bien d’être capable de tenir avec ces héros de la littérature des conversations cocasses ? C’est ce qui va arriver à Aurielle, qui, dans une période compliquée de sa vie où elle peine à faire le deuil de sa maman, va pouvoir côtoyer ces maîtres de la littérature, véritables adjuvants pour sa survie. Mais alors seront-ils aussi bons en littérature que guides? Seront-ils à la hauteur pour permettre à notre adolescente en perdition de retrouver le chemin de sa vie ? Dans ce récit hors-norme, vous serez amenés à espérer qu’elle ne quitte plus ce monde qui est désormais sa prison tout comme vous souhaiterez qu’elle trouve enfin la paix. Une fête de sensations et un vrai bouillon de culture seront au rendez-vous de cette lecture.

J’ai entendu vaguement parler de ce roman quelque part, mais impossible de me souvenir où.
Qu’à cela ne tienne, j’ai eu envie d’en savoir plus et de découvrir ce court roman et voir si ce dernier tenait sa promesse.

Le concept est original, intégrer des auteurs classiques dans notre monde d’aujourd’hui et nous fournir quelques explications littéraires.
Ayant eu de mauvaises expériences avec les classiques au collège et au lycée, je ne peux qu’approuver ce genre d’idée originale.
De plus, l’auteure étant picarde et l’histoire se déroulant à Compiègne, étant originaire de l’Oise, je me suis dit (un peu chauvine) que çà pouvait être sympa de redécouvrir Compiègne sous cette plume inconnue.

Mais qu’est-ce que j’en ai pensé ?

Les sujets tout d’abord. Traités en parallèle du sujet littéraire initial, ils sont assez fort : le deuil chez l’enfant, la culpabilité et la colère ressenti face à ce que l’enfant considère comme un abandon et les difficultés qui s’ensuivent.
Toutefois, et même si ce n’était pas le sujet premier du roman, j’ai trouvé ce sujet pas assez développé.
Un peu comme le reste du roman en fait.

L’histoire est trop courte, les éléments et les lieux s’enchaînent sans trop de cohérences et d’explications.
J’ai surtout eu l’impression que l’histoire se résumait à une jeune ado qui avait peur de rentrer chez elle et se faire gronder par papa après avoir fait une bêtise.

On m’a promis sur la quatrième de couverture un « bouillon de culture » et « une intrigue qui tient en haleine ».
Je n’ai pas trouvé d’intrigue. Ou alors j’ai mal lu.
Et concernant le bouillon de culture j’ai été franchement déçue.

Je m’attendais à la présence de nombreux auteurs classiques, ceux qu’on a détesté (pas tout le monde je l’accorde), qu’on a trouvé ennuyeux, ceux qui sont pour nous synonymes de lecture forcée, inintéressante et incomprise.
Finalement (et tant pis si je spoil un peu) on n’en rencontre que 4 ou 5.
Alors oui, j’ai un peu rigolé quand on rencontre Molière. L’imaginer en collants et perruque dans la ville j’avoue que çà n’a pas de prix. Pareil pour La Fontaine.
Effectivement, et surtout pour La Fontaine, j’ai eu envie de redécouvrir ses fables.

Quelques piqûres de rappel sur les figures de style et des explications sur certaines expressions devenues courantes étaient au rendez-vous, mais peu présentes.

La présence d’une auteure reste pour moi incompréhensible, et là encore désolée pour le spoil, mais il s’agit d’Agnès Martin-Lugand, l’auteure entre autre du célèbre « Les gens heureux lisent et boivent du café ».
Pourquoi elle ? Enfin je veux dire, on part des classiques et de Rabelais on passe à Agnès Martin-Lugand.
Autre époque, style totalement différent et quel rapport avec les classiques ?
Je n’ai rien contre cette auteure, mais pour moi c’est comme si on mélangeait Manga et BD …
Alors l’intégrer dans le dialogue pourquoi pas, on comprend rapidement pourquoi, mais pas aussi brutalement.
J’avoue qu’à ce passage le roman, et cela n’est que mon avis, perd toute sa crédibilité.

Je n’ai pas su être touchée par l’histoire d’Aurielle, ni même par son deuil au final.
Les quelques personnages rencontrés, autre que le papa et les auteurs, ne donnent pas plus que çà envie de les connaître.
Je n’ai pas non plus réussi à être touchée par la description (trop brève) des lieux.

Une déception pour moi malgré une belle plume de l’auteure, un concept de roman génial mais pas assez développé et des thèmes et réflexions abordées de façon un peu expéditives.

Je pense toutefois m’intéresser à son autre roman traitant du handicap car j’ai quand même apprécié la plume de l’auteur. A voir donc…

aurielle1.jpg

Mon avis en fleurs :

4

  • Aurielle et les super-héros de la littérature – Cindy Duhamel – Auto-édition Amazon – Paru le 3 mars 2018 – 5.90 € – 128 p.

5 réflexions sur “« Aurielle et les super-héros de la littérature » – Cindy Duhamel

  1. N’hésitez pas si vous avez besoin de conseils pour votre fille, je suis professeur de français avant tout et après avoir exercé plus de 10 ans au collège, je suis désormais au lycée. J’ai une vision très large des programmes de la 6ème jusqu’à Bac+ 2. Je serais ravie de pouvoir vous aider. C’est agréable de rencontrer des parents si investis dans l’éducation culturelle et littéraire de leurs enfants.
    Belle continuation sur votre blog.

    Aimé par 1 personne

    • Oh merci c’est très gentil.
      Je trouve ça important de pouvoir transmettre à ses enfants le plaisir de la lecture.
      Les livres contiennent tellement de choses importantes et permettent de comprendre aussi beaucoup de choses…
      J’ai tellement été dégoutée de la lecture, notamment au collège, que je n’ai pas envie que ma fille en soit aussi dégoutée.

      J’ai vu sur votre compte Instagram que vous aviez proposé à vos élèves de faire leur propre représentation de « Tartuffe « , j’ai trouvé cela tellement génial ! C’est, je pense, ce qui m’a manqué à l’époque !

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour chère chroniqueuse de Folies Livresques
    Merci d’avoir pris la peine d’écrire une chronique sur ce livre (même si, je l’avoue pour une première chronique c’est un gros obstacle pour une promo qui commence), j’ai conscience que vous êtes déçue, j’en suis d’ailleurs navrée. Je pense que vous ne faisiez pas partie du public cible, en effet il s’agit d’un roman jeunesse qui doit donc répondre à certaines « normes » pour pouvoir être étudié, en classe notamment. Comme le concours Gallimard, auquel je participe, le préconisait, il me faut respecter une longueur de 120000 signes, ce qui équivaut à 80 pages et mon roman en fait déjà 128 ! Vous regrettez qu’il n’y ait que « 4 ou 5 auteurs » ? Il me faut environ 10 pages pour intégrer chaque auteur, le faire vivre et lui permettre de nous livrer ses savoirs ; si j’en avais mis davantage il n’y aurait plus eu d’histoire à part ces rencontres d’auteurs et cela n’aurait plus été un roman mais un manuel. C’est pourquoi j’avais prévu un deuxième tome pour contenter les lectrices comme vous, avides de connaissances.
    De même, forte de mon expertise d’enseignante, je voulais faire un roman qui délivre des connaissances culturelles « phares » sur ces auteurs et non un savoir encyclopédique. Les lecteurs visés ont entre 11 et 16 ans ( voire quelques adultes curieux), les savoirs doivent être à leur portée ; sachez que ceux que je transmets dans la partie sur Rabelais sont quand même du niveau 1ere ( lycée) si on se réfère aux programmes en vigueur.
    Alors oui, je regrette que vous ne soyez pas entrée dans le monde d’Aurielle, celui-ci étant davantage suggéré que clairement jalonné car je souhaite que mon lecteur soit actif et trouve les indices que je sème ( bruits que Aurielle entend et qui font référence aux secouristes et médecins), c’est ma façon de concevoir la littérature jeunesse, l’envie de faire réfléchir mes jeunes lecteurs 😉
    Pour l’émotion, pour ce livre-ci (et vous verrez si vous lisez d’autres romans que j’ai écrits que ce n’est pas le cas ailleurs) je n’ai pas voulu tomber dans le larmoyant, certains élèves sont concernés par la perte de leur maman malheureusement et j’ai écrit par rapport à ce que j’ai vu dans mon métier, avec beaucoup de pudeur.
    Par contre si vous n’êtes pas contre un témoignage sur le handicap, j’ai écrit un livre plutôt poignant et dont la critique est bonne qui vous correspondrait davantage : Handicap, le défi d’être Miss.
    Je ne vous propose donc pas le marque-page dédicacé pour Aurielle car cela ne ferait que vous rappeler votre déception mais j’espère vous convaincre ultérieurement sur d’autres romans.
    Je vous souhaite encore de belles chroniques.
    Bien à vous
    Cindy Duhamel, l’auteur 😉

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour et merci d’avoir pris le temps de réagir de façon positive et développée.
      Je comprend maintenant mieux les contraintes que vous avez pu rencontrer pour l’écriture de votre roman et pour le coup je dois avouer que je m’en veux un peu pour cet avis négatif.

      En lisant les commentaires positifs sur Aurielle, je me suis rendue compte après coup qu’effectivement je n’ai pas su lire ce roman avec le recul nécessaire.
      Par contre, et je ne l’ai pas précisé dans l’article, je travaille déjà à constituer une bibliothèque de romans à lire pour ma fille (qui est encore petite mais les livres n’ont pas de date de péremption) et Aurielle en fait partie.
      J’ai vu votre roman témoignage sur le handicap et comme je l’indiquait dans mon article, je suis vraiment tentée pour le découvrir.
      Merci encore pour votre réponse argumentée qui m’a éclairée sur pas mal de choses. 😉
      À très bientôt pour de nouveaux romans et s’il y a une suite à Aurielle je serai tout de même curieuse de la découvrir parcequ’au delà de ma déception pour le contenu, j’ai apprécié vous lire.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s