« Effondrements » – Guy MORANT

Aujourd’hui, on va parler polar et on va parler de ce très très bon roman de Guy Morant.

Auteurs de plusieurs romans jeunesse (dont le cycle de Lucie Acamas a de suite été ajouté dans ma liste de futurs achats), Guy Morant s’est ici essayé au polar et c’est une réussite.

Prenez des flics (rien de péjoratif dans ce nom ici), un cadavre, ajoutez-y une enquête aux multiples rebondissements et rajoutez-y une pincée d’humour et cela vous donnera « Effondrements ».

Deux pêcheurs autour d’un cadavre, la forêt de Rambouillet pour seul témoin. La victime n’est pas une jeune femme ordinaire, mais la fille d’un politicien sulfureux. Son corps a été littéralement broyé. Par quoi ? Par qui ? Pourquoi ? C’est ce que le groupe de la crim’ mené par Alaric Autier va tenter de comprendre, en huit journées d’une enquête sous haute pression. Entre mensonges et coups bas, on dirait que tout le monde a quelque chose à cacher, dans cette affaire où les existences et les destins menacent de s’effondrer. Effondrements a pour décor les Yvelines cossues, où les policiers s’intéressent à un centre de formation survivaliste. Roman très documenté, proche du véritable travail d’un groupe de la police criminelle, il met en scène des personnages et des lieux s’inspirant de personnes et de lieux réels. Loin des clichés du polar, il place le lecteur en plein cœur d’une enquête soumise aux pressions de la hiérarchie et des médias.

Voilà, le contexte est placé.

Alors, habituée aux thrillers et aux palpitations cardiaques durant la lecture (et parfois même à un peu de paranoïa) j’ai été plus que ravie de retrouver les bons côté du thriller sans le coup de flippe et le malaise de ce dernier.

« Effondrements », c’est quoi?

C’est d’abord une enquête, suite à la découverte d’un cadavre qui, vu son état, a du passer un sale quart d’heure. Une enquête qui va nous tenir en haleine juste comme il faut.
On soupçonne beaucoup mais on a pas vraiment de mobile … au début.
Le personnage de Marivain, par exemple, est très énigmatique. Le personnage de Vallée est immonde.

C’est ensuite des policiers, des enquêteurs subissant la pression et les chaînes imposées par leur hiérarchie.
On a ici des « chefs » exécrables à qui on a envie de donner des baffes et des policiers qui tentent, tant bien que mal, de concilier vie professionnelle et vie de famille ou qui subissent les dommages collatéraux causés par leur profession.
On s’attache aux policiers. J’ai beaucoup aimé Kamara au début, le petit jeune qui peine à se faire respecter et à trouver sa place. Ensuite Alaric, qui morfle de tous les côtés aussi bien dans le pro que dans le privé. Après on a son équipe, composé de personnalités toutes différentes.
J’ai détesté Jolland et Octavien. Le premier ne pense un peu qu’à sa gueule et, j’ai eu l’impression, qu’il n’avait qu’un seul mot à la bouche « média », « média » et « média ». Ce mec a réussi à me foutre la pression à travers ses mots … faut le faire !

En toile de fond il est aussi question de politique, d’argent.
On a d’un côté ceux qui sont prêt à tout pour rendre justice et de l’autre, ceux qui ne pensent qu’à leur réputation et à leur situation confortablement assis dans leur bureau (hein Jolland ? !).

On parle aussi des médias. Le rôle des médias dans une enquête, prêts à tout pour sortir leur article en première page et qui balancent des infos à tout va sans réfléchir une seconde aux conséquences sur l’enquête de police.

On y trouve de l’humour aussi. Pas trop d' »humour de flic » comme on peut le voir à la télé, non, mais un bon humour bien placé et juste ce qu’il fallait.

J’ai trouvé que ce roman était bien dosé. On a juste ce qu’il faut de sensationnel lors de la découverte du cadavre, juste ce qu’il faut d’intrigue et je n’ai pas trouvé de véritable parti pris de la part de l’auteur.
On n’a pas ici un super-flic qui va d’un claquement de doigt résoudre l’enquête à lui tout seul et s’en récolter les lauriers. C’est pas un super-héros.
Dans ce roman, les policiers sont humains. (Bon j’ai un doute sur Jolland quand même !)
Les lieux décrits sont communs, on s’y retrouve.

Les sujets des médias et de la politique traités en fond de l’histoire ne sont pas gênants au contraire, ils nous font réfléchir.

J’ai apprécié le découpage du livre en grandes parties. On commence le dimanche, jour de la découverte du cadavre, quelques chapitres plus loin on arrive au lundi, etc. et jusqu’à la résolution de l’enquête.
On a une véritable progression et on ne s’y perd pas. On a par contre l’impression que les journées durent 72 heures tellement il s’en passe ! Peut-être que je me trompe et que je m’avance trop vite mais j’ai l’impression que c’était aussi voulu par l’auteur. Histoire de bien nous mettre dans la tête et nous faire comprendre que, dans ce métier, on oublie les 9h/12h-14h/18h.

J’ai aussi beaucoup aimé la plume de l’auteur. Le livre se lit très facilement, les éléments s’enchaînent de façon logique, on n’est pas perdu au milieu de l’enquête.

J’ai été ravie d’apprendre, en lisant les remerciements, que Guy Morant a pu collaborer avec d’anciens policiers. Ce qui donne une certaine crédibilité au contenu, au lexique employé, aux procédures décrites, etc.

J’ai surkiffé la petite dédicace dans le livre et sur le petit flyer.
Guy Morant reste humble, même dans les remerciements à la fin, les premiers mots nous le montre bien.

Merci à vous Guy Morant de m’avoir fait découvrir « Effondrements ».

Je te recommande, toi qui vient d’arriver jusqu’à ces lignes, ce roman. Ecrit sans chichis on est rapidement plongé dans l’enquête et arrivé à la fin on se dit : « Bon, à quand un autre polar de Guy Morant ? » !

En plus avec une couverture comme çà, réalisée par Matthieu Biasotto sans déconner, çà donne envie non ?

dsc_0124-e1524041975241.jpg
Clique sur l’image s’il te fait envie.

Mon avis en fleurs :

1

  • Effondrements – Guy MORANT – Paru le 15 mars 2018 – Editions : Nocturnal – 430 p. – 19,90 €
    Disponible en format Kindle à 2.99 €

3 réflexions sur “« Effondrements » – Guy MORANT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s