« Arboria le monde entre les arbres » – Anthony STEFANO

Et si l’avenir de notre monde dépendait d’une joyeuse troupe d’enfants catapultés dans un royaume inconnu rempli de créatures fantastiques vivant dans le respect total de la nature ?

C’est ce que nous propose ici Anthony STEFANO dans son roman magique 100 % nature.
Une destination nature remplie de magie et d’épreuves que notre jeune personnage principal devra affronter accompagné de ses amis humains et non-humains.

Partons de suite à la découverte du « monde entre les arbres ».

Il s’en passe des choses à Durbuy, dans la plus petite ville du monde. Alexander, Hope, Meredith et Amy passaient de magnifiques vacances avec leurs parents dans une maison à l’orée d’une forêt lorsque par inadvertance ils découvrirent un portail menant à une contrée fantastique peuplée de nains, de gnomes et un tas d’autres créatures plus étranges les unes que les autres. Cependant, ils ne seront pas les seuls à chercher un moyen de retourner dans leur monde. Une mystérieuse sorcière tente de localiser le portail depuis plusieurs siècles.

Pour commencer je dois avouer qu’une fois de plus, j’ai été agréablement surprise et ravie qu’ Anthony Stefano ait accepté de m’accorder sa confiance pour la lecture de son roman.

Auteur d’un premier roman « Les enquêtes de William Carson, les créances de sang » d’un style tout à fait différent où l’on se retrouve dans le Londres du XIXè siècle, Anthony Stefano décide cette fois de nous faire voyager en Belgique, à Durbuy.
L’auteur nous précise que, le monde d’Arboria étant imaginaire, les lieux évoqués dans notre monde réel existent vraiment. Un vrai plus selon moi pour cette histoire.

On ne va pas se mentir et je ne pense pas me tromper en disant que les références subtiles au « Seigneur des anneaux » sont bien là. Et étant gaga de cet univers, ce n’était pas pour m’en déplaire.

Le monde en lui-même est cohérent et travaillé. Le « bestiaire » est riche et les créatures rencontrées collent parfaitement à la vision du monde que l’auteur nous décrit.
(Mention spéciale pour les Elwings que j’ai adoré)

Là encore, l’écriture est simple et accessible à tous, même aux plus jeunes (entendons par là, dès une dizaine d’années), et je pense (je ferai d’ailleurs le test dans quelques jours) que cette histoire peut même être contée de façon plus courte, oralement, aux enfants le soir ou posés, au calme avec un bon bol de chocolat chaud.
Non je ne m’égare pas, mais j’ai vraiment ressenti cela quand j’ai refermé le livre.

Nous partons ici à Durbuy, dans une maison de « campagne » située tout prêt d’un bois. Alexander y est convié avec sa famille chez leurs voisins qui ont également invité des amis pour y passer quelques jours.
Arrivés sur place on leur recommandera de ne pas franchir une zone dans la forêt. Pourquoi? le mystère plane.
Deux ou trois événements plus tard, Alexander, Hope, Amy et Meredith se retrouveront dans Arboria. Et … pour la suite, il faudra lire le livre !

J’étais sur la réserve au début de ma lecture. En effet, dès le départ on rencontre de nombreux personnages (les voisins, la famille d’Alexander, les amis des voisins, etc.) et j’étais perdue dans les prénoms j’avais du mal à les situer.
Cependant, j’ai très vite trouvé mes marques et dès le catapultage dans Arboria, tout s’est vite réglé.

Je ne me suis pas spécialement attachée au personnage principal, Alexander, un jeune garçon un brin aventureux et dans notre monde je l’ai trouvé un peu effacé. Son caractère et son attitude changeront du tout au tout lorsqu’il arrivera à Arboria.
Comme dit plus haut j’ai adoré les Elwings. La rencontre avec Dongo, notre petite fleur qui va bientôt se révéler un allié fidèle, m’a fait tellement rire !
Nous rencontrerons également des Orpes. Antarus m’a aussi beaucoup plu. Son caractère et son histoire ont su le rendre attachant.
D’autres créatures seront rencontrées, dont certaines d’une importance presque capitale je dirai, mais n’ayant pas envie de trop spoiler, je n’en dirai pas plus.

L’univers semble vaste mais en même temps n’est pas très compliqué à cerner. Ici il n’est pas nécessaire d’avoir une mini carte qui va nous situer où se trouve telle ou telle région.

La richesse du roman, que cela soit en lieux, personnages ou créatures, est bien dosée.
On ne se perd pas dans les espèces et on n’a pas de descriptions de 100 pages sur le mode de vie d’une espèce (petit clin d’œil au passage le plus rébarbatif de Tolkien et qui m’a marqué dans lequel il va nous raconter et nous endormir pendant trois plombes avec le mode de vie des hobbits ……).

J’aurai aimé avoir plus de développement pour certains passages. Mais sans doute que cela aurait rendu le roman bien plus complexe.
C’est probablement le seul petit point noir que je trouve à Arboria.

Ce que j’ai apprécié également dans ce roman, c’est le message passé.
Introduit de façon subtile et presque caché dans le roman, ce dernier nous est clairement indiqué tout à la fin du dernier chapitre.
Même si on en est conscient plus ou moins, j’ai trouvé ce message vrai, important et la façon dont il est écrit sans violence et sans vous marteler le cerveau comme certains le font m’a beaucoup plu. J’en parlerai volontiers bien plus, mais le risque de spoil est trop présent.

Je recommande ce roman aussi bien pour les adultes que pour les enfants. Un roman fantastique familial avec une jolie histoire qui saura vous transporter.

DSC_0025
Cliquez sur l’image si vous voulez vous le procurer.

Mon avis en fleurs :
2

 

  • Arboria le monde entre les arbres – Anthony STEFANO – Paru le 1 mars 2018 – Editions : auto-édité – 208 p. – 13,99 €.
    Disponible en format Kindle à 1,99 €.

Une réflexion sur “« Arboria le monde entre les arbres » – Anthony STEFANO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s